Tweeter

%TW-ML%

2 - MEDECINS ASSERMENTES



Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS





Autre site :

http://e-samsar.fr/V5.4/visit/visit.php?chx=ann&idc=1201
http://www.e-samsar.fr/V5.5/visit/visit.php?chx=soc&idc=3224

https://profiles.google.com/lecalveannalysa17


TUTELLE/CURATELLE
ABUS SUR MAJEURS PROTEGES PAR LA JUSTICE




lecalveannalysa17@gmail.com


HOPITAUX ET JUSTICE

Nos hôpitaux psy ne sont plus les asiles qu'ils étaient autrefois. Il reste beaucoup à faire pour améliorer les conditions de vie et le respect des droits des patients, mais il semble que l'administration, exceptionnellement, soit en avance sur la société et que son personnel progresse plus vite que nos citoyens ne voulant ou ne sachant s'abstraire d'une vision manichéenne de l'hôpital. L'hôpital psy est le lieu circonscrit d'une société malade séparée de la société en bonne santé. Les murs des établissements sont doublés d'une barrière mentale et morale étanche.

Comme si cette société malade permettait de dessiner un portrait en creux de la « société saine» et de la renforcer dans sa conviction qu'elle est « la société saine». C'est un réflexe identitaire qui permet de cimenter le collectif. Mais alors on crée une solidarité au détriment de membres de ce collectif qu'on choisit d'écarter.
Au nom de la sécurité collective, on met en place des dispositions collectives qui aboutissent à une ségrégation collective : les mesures juridiques de mise sous tutelle ou curatelle. Loin d'enfermer les maux de notre société, les hôpitaux psy tendent à les refléter.

Force est de constater qu'aujourd'hui nous vivons une société d'exclusion et non plus d'inclusion.


L'hôpital et la Justice sont pourtant des services publics comme les autres qui, parce qu'ils sont garants de notre vivre ensemble, ne peuvent se résoudre à l'exclusion.
Le service public est là pour chacun : pour encourager et stimuler des réussites, mais aussi pour corriger des échecs et éveiller les potentialités et l'estime de soi-même chez ceux que l'on croit perdus, inaptes, handicapés. Il n'est pas ici question d'angélisme mais d'humanisme : non pas un humanisme déconnecté de la réalité, mais un humanisme qui ne peut se résoudre à ce que la puissance publique soit le gestionnaire d'une triste et médiocre réalité.

Elle pose la question essentielle des dérives humaines, mais n'allons pas les cantonner aux patients pour mieux nous en absoudre.

Texte sur les prisons de Monsieur Jean-Paul Delevoye (Médiateur de la république) revu et corrigé par mes soins mais très plausible

lecalveannalysa17@gmail.com


Préambule à ma constitution (médicale).

En 2009, il a été souligné que je suis, peut-être, bipolaire. C' est considéré comme un handicap avec un taux d'altérations mental de + de 80%
Loi de mars 2007 : seules les personnes reconnues handicapées mentales sont placées sous mesure. Mise en vigueur en 2009.
Il y a eu, au début, 3 diagnostics établis par le même médecin assermenté (qui n' est pas le médecin notifié sur le 1er jugement) soit 3 Jugements :

en 2005, je ne l' étais pas.

en 2009 (pas de demande de mainlevée) désintoxication  urgente des médicaments pris sur ordonnance.
Soupçon de bipolarité mis sur le compte, par le psychiatre, d' ingestions massives prescrites (peut-être pour mon bien)
d' antidépresseurs sans couverture thymorégulatrice: 8 xanax 0,50 mg/jour voire 1 mg x 4 de 2007 au 24 février 2009 - jour d' hospitalisation en clinique privée pour sevrage de médicaments.

J' ai été dans l' obligation d' en voir 3 en 2010 mais cette fois différents.
Le premier ne s' est pas prononcé.
Les diagnostics des deux suivants me sont favorables mais l' un des 2 verdicts a été égaré mystérieusement entre la poste et le tribunal (en R+acc) et, je suis restée dans l' attente du diagnostic du 3ème médecin vu aussi en 2010 - 27/12/2010 - qui, de par la loi, doit m'être remis puisqu'à ma demande.

ENCORE UNE CHOSE QUI EST INSENSEE (pour moi en tous cas par rapport à ce dossier égaré) :

Le second médecin assermenté n' a rien archivé et m' a juste fait savoir par courrier (à ma demande d' un duplicata du diagnostic) qu' il m' a bien reçue à telle date. Cela ne m' avance à rien.

Il avait cacheté et agrafé l' enveloppe contenant le diagnostic destiné à Monsieur le Juge. Ce diagnostic m' a été remis puisque la mainlevée était à ma demande mais AGRAFE.

J' ai appris que j' avais le droit d' en prendre connaissance et d' en faire des photocopies. A quoi cela peut-il servir aussi ? Cette façon de pratiquer servirait à éviter les ratures sur l' original. En photocopies, il y a possibilité d' utiliser du blanco. J' ai l' accusé de réception de l' envoi de ce diagnostic mais rien ne dit par un accusé de réception ce qu' il y avait à l' intérieur de l' enveloppe.

Pour éviter ce genre d' aléas, il aurait fallu qu' il me remette un duplicata

A SE DEMANDER SI TOUT CELA EST FAIT EXPRES.

Comme je le disais, plus haut, Monsieur le Juge des Tutelles n' a pas reçu le diagnostic médical favorable de l'avant-dernier médecin assermenté que je lui ai adressé en recommandé avec accusé de réception. Il m' a fallu en voir un autre du 56.
A 160,- euros la visite, Monsieur le Juge des Tutelles va ruiner la curatrice mais je ne m' inquiète pas pour elle, elle se rattrapera à mon détriment.

D'ailleurs, elle vient aussi de régler le curateur ad hoc désigné par la justice avec mon compte en banque, un avocat désigné d'office par le juge sans même faire la démarche du remboursement par ma protection juridique.

Donc, pour en finir, je l' espérais, cette COURSE AU MEDECIN ASSERMENTE, je suis allée voir le troisième.  Mainlevée. Problème : je suis restée dans l' attente du diagnostic qu' il était censé me faire parvenir après les fêtes. A 1 mois et demi d'attente, je m'en suis inquiété. Il m'a dit avoir appelé la curatrice.
C' est la curatrice le médecin assermenté ??

RESULTAT :
Le médecin, à la demande de la curatrice, a envoyé un original cacheté + duplicata DEFAVORABLE à celle-ci qui  nie avoir le duplicata et dit avoir remis l'original cacheté au Juge après en avoir pris connaissance pour établir son propre compte-rendu négatif avant convocation pour révision de la mesure. Il n'y a aucune trace de paiement dans sa comptabilité puisque j'ai payé le médecin en espèces. Ce diagnostic n'est pas valable !

Finalement, le diagnostic est le suivant :
Il ne peut pas vous être délivré de diagnostic favorable puisque vous constituez un dossier de plainte contre votre curatrice.


LAMENTABLE !

Ma première question a été : qu' est ce que la bipolarité ?

Le symptôme majeur est le changement d' humeur mais en passant de la plus grande exaltation à la plus profonde déprime.
Il y a d' autres signes :

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE DE DEPISTAGE DES TROUBLES BIPOLAIRES
Source : internet.
Répondre par oui - non - nsp (ne sais pas) aux questions suivantes :
Je me sens souvent fatigué sans raison
Je ressens les émotions de façon particulièrement intense
J'ai des changements brutaux d'humeur et d'énergie
Mes sentiments ou mon énergie sont "trop haut" ou "trop bas", rarement "entre les deux"
Je me sens souvent déprimé pendant quelques jours puis en pleine forme
Mes capacités de penser varient beaucoup (p. ex. entre avoir l'esprit vif ou confus)
Je prends grand plaisir à d'autres personnes puis m'en désintéresse totalement
J'ai tendance à exploser, puis je m'en veux
J'ai l'habitude de commencer des choses puis de m'en désintéresser complètement
Mon humeur change souvent sans raison
Parfois je me sens bouillonnant d'énergie et à d'autres moments très paresseux
Je peux être d'excellente humeur avant de m'endormir et me réveiller avec la sensation que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue
on m'a fait remarquer que j'ai des périodes de pessimisme au cours desquelles j'oublie mes moments d'optimisme et d'enthousiasme
Ma confiance en moi même varie d'un extrême à l'autre
D' n jour à l'autre, je peux être sociable, "boute en train" ou isolé, seul dans mon coin
Mes heures de sommeil ne sont pas régulières
Je peux ressentir les choses de façon très vive ou au contraire très terne
Je peux être triste et gai en même temps
J'ai souvent tendance à "rêver" dans la journée à des choses que les gens considèrent
irréalistes
J'ai parfois très envie d'avoir des comportements risqués ou scandaleux
Je suis tombé fréquemment amoureux dans ma vie
Un questionnaire avec plus de 10 réponses positives est en faveur d'un trouble bipolaire.

Mon résultat : pour ce test, je serais plutôt sentimentale et idéaliste
D' autres tests sont plus élaborés (voir sur internet). Je conteste dans celui-ci le fait d' associer sentiments et énergie.

Que m' est-il arrivé ?. A ma connaissance : une profonde dépression (divorce. Les enfants devenus majeurs s' en vont - rien de très grave en apparence). Je précise que cette période n' a pas été précédée d' une période d' exaltation ... !?? J' ai été happée par le système de protection juridique. Curatelle 512 soit renforcée pour  avoir perdu pied à un moment donné pour une cause précise : dépression (divorce - fatigue d'un stage - départ des enfants). En 2005, cette cause était valable pour la mise sous mesure juridique. Plus maintenant depuis la mise en vigueur de la loi du 5 mars 2007. Il faut une maladie psychiatrique.

Suis-je bipolaire : tests http://www.revivre.org

Et combien même ? Le comportement des gens affiliés à la Justice est anormal.

Le diagnostic était facultés mentales altérées. De dépressive,  je deviens bipolaire pour arranger la Justice ?

Que dire à propos d'un médecin assermenté auquel je demande un diagnostic le 27 Décembre 2010 ? Un médecin qui m'assure que le diagnostic sera favorable à la mainlevée ! Un médecin qui classe mon dossier après appel à la curatrice puis oublie ce dossier. Un médecin assermenté qui suit les consignes d'une curatrice contre laquelle je porte plainte en lui fournissant directement un diagnostic défavorable sur mon compte deux mois après ma visite à son cabinet.

Qu'en est-il pour un Juge qui, en connaissance de cause, s'appuie sur ce diagnostic PARCE QU'IL EST BIEN CONSTRUIT ?

Par ailleurs, j'ai exigé de consulter mon dossier juridique avec un avocat. Après bien des manoeuvres de la part du juge, l'avocat n'a pas pu accéder à ma demande car sur la pile de documents à consulter se trouvait un courrier de fin mai 2011 du même médecin, en réponse au courrier du juge daté du 17 mai 2011, attestant que mes facultés mentales n'étaient pas altérées mais que l'étude de mon dossier juridique pouvait provoquer chez moi une réaction d'hétéro-agressivité.

Vices de forme, de procédure qu'il leur faut cacher. J'ai à dénoncer le comportement de la mafia Lorientaise : Hôpital psy/Juge tutelle/Asso. de tutelle pour abus de pouvoirs qui ne sont pas dénués d'intérêt. (A part, les médecins assermentés qui se voient dans l'obligation d'obéir à la justice).

PUISQUE MES FACULTES MENTALES NE SONT PAS ALTEREES, POURQUOI LA MESURE EST-ELLE MAINTENUE ? Parce qu'il n'est pas possible de se rebeller contre un pouvoir totalitaire qui se sent mis en porte à faux ?**   





















Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : jeudi 21 mai 2015